Lifting Boat – Rénovation d’un Dufour 385 – Sables d’Olonne

Les différentes étapes d’un chantier de la mis en en peinture de la coque d’un bateau par Lifting Boat
 
1 - Dans le hangar dévolu à la peinture l'air arrive par le plafond et est évacué par le sol.

1 – Dans le hangar dévolu à la peinture l’air arrive par le plafond et est évacué par le sol.

 
Rénovation & Peinture
rénovation de la coque d’un Dufour 385 en 10 étapes

Rénovation et Personnalisation de coque par Lifting Boat

Lifting Boat spécialiste de la rénovation de la peinture de coque aux Sables d’Olonne

Traitement imposé à un Dufour 385 de 2004, dont la coque, de couleur blanche au départ, à été peinte en bleu au terme de 140 heures de travail.

Dans le traitement de la mise en peinture d’une coque de bateau, le travail de Lifting Boat peut être défini en quatre grandes phases, la première étant la plus longue : 50 heures. Elle se résume à une préparation de la coque depuis son dégraissage au ponçage de finition en passant par l’application d’un guide de ponçage. Le deuxième stade est le plus court. Il consiste à appliquer une primaire époxy, puis un apprêt. La troisième de 30 heures, se résume à du ponçage puis un dégraissage. Enfin, ultime opération 40 heures, l’application de la peinture, son ponçage à l’orbitale, puis le passage de deux couches de vernis. Ce dernier stade du travail est le domaine réservé de Frédéric Mazuret venu à la peinture automobile après plus de trente années passées dans la carrosserie automobile.

2 - Après dégraissage la coque est poncée au rabot électrique.

2 – Après dégraissage le coque est poncée au rabot électrique.

3 -  La coque est marouflée, c'est-à-dire protégée d'un film plastique, les œuvres mortes reçoivent un produit teinté. Il permet lors du ponçage de récupérer les creux et les bosses.

3 – La coque est marouflée, c’est-à-dire protégée d’un film plastique, les œuvres mortes reçoivent un produit teinté. Il permet lors du ponçage de récupérer les creux et les bosses.

4 - La coque à été poncée à l'aide d'une ponceuse orbitale alimentée à l'air comprimé. Les tâches roses correspondent au passage d'un produit destiné à boucher les grosses déformations.

4 – La coque à été poncée à l’aide d’une ponceuse orbitale alimentée à l’air comprimé. Les tâches roses correspondent au passage d’un produit destiné à boucher les grosses déformations.

5 - Début de la deuxième phase. La coque une fois préparée (poncée au violon, puis à l'orbitale), reçoit trois couches de primaire d'époxy

5 – Début de la deuxième phase. La coque une fois préparée (poncée au violon, puis à l’orbitale), reçoit trois couches de primaire d’époxy.

6 -  Les petites taches sur la coque sont des petites zones ayant reçu un enduit primaire appliqué à la spatule afin de boucher les petites trous.

6 – Les petites taches sur la coque sont des petites zones ayant reçu un enduit primaire appliqué à la spatule afin de boucher les petits trous.

7 - Deux couches d'apprêt dit HS 5High Solid au polyuréthane sont passées au pistolet. Chaque couche mesure 150 microns d'épaisseur.

7 – Deux couches d’apprêt dit HS 5High Solid au polyuréthane sont passées au pistolet. Chaque couche mesure 150 microns d’épaisseur.

8 - Une fois l'apprêt séché durant 24h, il est poncé à la main à l'aide d'un violon en utilisant un papier de verre de grain 220.

8 – Une fois l’apprêt séché durant 24h, il est poncé à la main à l’aide d’un violon en utilisant un papier de verre de grain 220.

9 -  Après le passage de trois couches de primaire d'époxy de 180 microns, toute la coque est poncée en utilisant une ponceuse orbitale.

9 – Après le passage de trois couches de primaire d’époxy de 180 microns, toute la coque est poncée en utilisant une ponceuse orbitale.

10 - Frédéric dans ses œuvres lors de l'application de la laque au pistolet. La coque recevra ensuite deux couches de vernis, toujours passées au pistolet

10 – Frédéric dans ses œuvres lors de l’application de la laque au pistolet. La coque recevra ensuite deux couches de vernis, toujours passées au pistolet.